Transcription du ūüéôÔłŹ PODCAST #4 – Comment l’√©criture m’a permis de lutter contre la solitude ?

Aur√©lie RENARD-VIGNELLES : Nous sommes le 23 janvier 2023, et j’aimerais, vous parler, aujourd’hui, de 2 journ√©es mondiales qui me tiennent √† coeur. La journ√©e mondiale des solitudes, et celles de l’√©criture manuscrite. Mais tout de suite, g√©n√©rique…

ūüéĶ [G√ČN√ČRIQUE]

Bonjour et bienvenue sur ma cha√ģne 6foisdys. Je m’appelle Aur√©lie RENARD-VIGNELLES, je suis conf√©renci√®re et formatrice ¬ę¬†Troubles DYS¬†¬Ľ et aujourd’hui dans ce podcast, je vais vous parler de mon exp√©rience de l’√©criture manuscrite pour lutter contre la solitude.

Avant toute chose, j’aimerais revenir avec vous, sur la d√©finition de la solitude. D’apr√®s le dictionnaire ¬ę¬†Le Robert¬†¬Ľ, la solitude est un nom f√©minin d√©signant ¬ę¬†la situation d’une personne qui est seule (de fa√ßon momentan√©e ou durable).

Si vous avez d√©j√† vu ma vid√©o de pr√©sentation, ou ma vid√©o sur le harc√®lement scolaire, vous savez que j’ai v√©cu du harc√®lement scolaire, pratiquement toute ma scolarit√©.

Ce harc√®lement a √©t√© pour moi, √©videmment, tr√®s dur √† vire, notament au coll√®ge. En effet, je n’avais pratiquement pas d’amis dans mon coll√®ge, et j’√©tais tr√®s souvent seule. Il n’√©tait pas rare que je me r√©fugie au CDI, pour √©chapper √† mes harceleurs, me laissant ainsi encore plus seule.

La solitude m’a beaucoup pes√©e, surtout dans ces ann√©es o√Ļ l’adolescence m’a gagn√©e et o√Ļ, tout un tas de questions sont venues √† moi. Je me suis dit pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour m√©riter √ßa ?

Puis, dans ce d√©sespoir, j’ai vue la lumi√®re. Je me suis demand√©e qu’elle √©tait la chose qui me permettrait de m’√©vader, tout en √©tant seule. Et ce fut naturellement, apr√®s une excellente note en r√©daction, que j’ai eu l’illumination.

Malgr√© ma dyslexie, ma dysorthographie et ma dysgraphie, j’adorais √©crire, imaginer, inventer, j’avais enfin trouv√©, un moyen, de m’√©vader.

J’ai √©crit des histoires, des po√®mes des chansons… Quand j’√©crivais, j’√©tais libre, je n’avais de compte √† rendre √† personne, j’√©crivais pour moi, pour ceux que j’aime, et encore aujourd’hui il m’arrive d’√©crire. Avec mon ordinateur, certes, mais cela me lib√®re.

Revenons maintenant au sujet de l’√©criture manuscrite. Il est vrai que je suis dysgraphique, et mon √©criture illisible quand je prennais mes cours, a fait bondir, bon nombre d’enseignants et de professeurs.

Mais sachez que la dysgraphie, n’emp√™che pas pour autant, d’√©crire. Il est vrai que ma dysgraphie m’a beaucoup impact√©e pendant ma scolarit√© jusqu’en fin de 2nde. Mais il y a une diff√©rence entre l’√©criture sous contrainte de temps, et celle, pour le plaisir.

En effet, quand j’√©tais en cours, on me demandait d’√©crire au rythme de mes camarades, ce qui √©tait assez compliqu√© pour moi, puisque je n’ai jamais vraiment automatis√© cette t√Ęche, surtout en √©criture cursive. Souvent, press√©e par le temps, mon √©criture finissait par √™tre pratiquement illisible.

Je me souviendrais d’ailleurs toujours, de cette r√©flexion que m’avait faite ma prof de math en 6√®me, lorsqu’elle m’avait rendu un de mes premiers contr√īle : ¬ę¬†Aur√©lie, ton contr√īle c’est des hi√©roglyphes !¬†¬Ľ. En effet, j’avais mal appr√©ci√© cette r√©flexion, √† l’√©poque, ce qui peut se comprendre. Mais avec le recul, je me dis que finalement, j’ai quand m√™me r√©ussi √† poser des √©nigmes √† ma prof de math, et √ßa c’est trop la classe.

Revenons maintenant, au sujet de l’√©criture ¬ę¬†plaisir¬†¬Ľ. Lorsque j’√©crivais pour le plaisir, je n’avais pas de contrainte de temps, je pouvais donc, prendre le temps pour m’appliquer.

J’adorais d’ailleurs tellement les fables de la Fontaine, que pendant des grandes vacances, j’ai recopi√© mes pr√©f√©r√©es, dans un recueil fait main. J’√©tais fi√®re de moi, car mon √©criture √©tait aussi belle que celle de certaines filles de ma classe, qui √©crivaient bien, m√™me en √©crivant vite.

Il est √©vident que cela m’a pris plus de temps qu’√† une personne n’ayant pas de dysgraphie, et que cela m’avait engendr√© des douleurs au poignet, mais j’√©tais ravie d’admirer cette belle √©criture qui pouvait √™tre la mienne, quand je n’√©tais pas sous la contrainte de temps.

Aujourd’hui, j’ai chang√© d’√©criture pour une √©criture plus simple √† former, et plus lisible, m√™me en √©crivant rapidement. J’ai d’ailleurs pris beaucoup de plaisir √† √©crire au tableau quand j’√©tais en BTS par exemple.

En effet, √©crire au tableau est moins douloureux que d’√©crire sur un cahier. Au tableau on √©crit avec l’√©paule et non avec le poignet.

Si vous souhaitez des conseils pour venir en aide √† des enfants dysgraphiques, je vous conseille le livre ¬ę¬†100 id√©es pour accompagner les enfants dysgraphiques¬†¬Ľ de ma partenaire, Elise Harwal, graphoth√©rapeute et formatrice.

J’esp√®re que ce podcast vous aura plu, n’h√©sitez pas √† le liker, √† le commenter, √† le partager et √† vous abonner √† ma cha√ģne, si ce n’est pas d√©j√† fait !

A bient√īt sur 6foisdys !


Publié

dans

par

√Čtiquettes¬†: